Lors du dernier salon de la SCAE, à Göteborg (Suède), l’un de nos producteurs partenaires me posait cette question :

« Ángel, pour toi, quelle est la définition d’un café durable? »

Pas simple comme question! En tant que responsable de l’achat café vert d’une entreprise d’un côté, et étant issu d’une famille productrice de café depuis plus de 100 ans de l’autre, c’est le genre de question qui rend parfois mes nuits plus courtes ! Je peux tenter de répondre à cette question par mon expérience, ou par mes convictions. Mais peut-être que la façon la plus simple d’y répondre est par nos actions. Je prendrais donc pour exemple, l’un de nos achats, réalisé mi-juillet, pour tenter de vous expliquer ce que nous entendons par « durabilité » et comment nous souhaitons assurer le long-terme ici à Belco.

Notre vision

Nous venons tout juste d’acheter nos stocks de l’année 2015-2016 à l’un de nos principaux producteurs partenaires. Cette prévision d’achat, nous l’avons réalisé ensemble. C’est également ensemble que nous avons convenu des conditions de quantité, qualité et prix.

Cela veut dire que ces trois éléments doivent nous convenir à nous deux.

Quelle est la particularité à cela? C’est la façon dont tout le monde fait du business dans le négoce de café, non? Hé bien pas exactement si vous considérez que ces cafés vont être récoltés entre décembre 2015 et février 2016, ce qui veut dire qu’ils nous serons délivrés de janvier à avril 2016. « Mais, c’est la façon dont le café est commercialisé normalement! », diront certains. Encore une fois pas exactement, si nous prenons en considération qu’il s’agit 1) de cafés de plantations, ou de microlots, 2) notés au moins 84 points et + et 3) avec un prix fixe. C‘est important de savoir en avance, pour un producteur, qu’il peut produire sans perdre de l’argent pour cela, comme ça peut être le cas avec la bourse.

Quels sont les intérêts mutuels de travailler de cette façon?

Ils sont multiples, dans les deux sens. De notre côté, nous sommes sûrs que nous serons prioritaires sur ses cafés en cas de problème majeur (rouille menant à une petite récolte par exemple). Ça c’est pour notre avantage. Pour le producteur, cela assurera une stabilité financière lui permettant de mieux organiser sa prochaine récolte, en termes de production, de préparation et d’exportation. D’un point de vue logistique, c’est pour lui tout simplement le paradis! C’est un point particulièrement important, surtout lorsque l’on sait que l’agriculture est l’un des secteurs les plus volatiles & incertains. Certains diront que les assurances multirisques existent. J’ai découvert cela en arrivant en Europe pour tout dire, au contact d’agriculteurs français. En Amérique Latine (et je pense pouvoir dire de même pour l’Afrique), c’est extrêmement difficile (ou onéreux) de prendre des assurances. Ce type de contrat aidera également le producteur à obtenir un prêt de sa banque, qui aura une meilleure visibilité financière de l’entreprise, afin de financer sa récolte. C’est un élément non négligeable, puisque nous achetons le café sur une base FOB (Free On Board), ce qui signifie que la producteur absorbera tous les coûts de récolte, de préparation, de conditionnement et de transport du café, jusqu’au moment où il le mettra sur le bateau. Pour faire simple, il recevra l’argent de son café une fois que nous l’aurons reçu; tout coût antérieur étant à sa charge.

Et la qualité dans tout ça?

Certains m’ont déjà demandé, « comment pouvez-vous être sûrs que vous obtiendrez la qualité que vous recherchez? » « Comment pouvez-vous acheter un café de terroir alors que les cerises sont encore vertes? » Notre expérience de ces dernières années nous a fait créer un partenariat fort avec des producteurs ayant la même vision de la durabilité, incluant la quête d’une qualité supérieure et uniforme. Cette expérience nous permet de leur offrir notre confiance. Tous nos contrats sont soumis à l’approbation d’un échantillon. C’est une responsabilité énorme de notre part et de la leur de travailler de cette façon, mais nous devons nous assurer que la qualité répondra à nos attentes. Si ce n’était pas le cas, nous n’achèterions pas le café promis. Mais, d’un autre côté, cela serait particulièrement irresponsable de notre part de demander un container entier de cafés notés 88 et + à un producteur que nous savons dans l’incapacité de nous offrir une telle qualité, ou encore de demander 50 sacs de cafés natures à un producteur d’Amérique Centrale inexpérimenté dans cette préparation complexe. Cela serait très malhonnête de refuser ces 50 sacs de cafés fermentés, à quelqu’un à qui l’on a demandé de produire un café qu’il ne savait pas préparer de cette façon, et qu’il a fait uniquement pour répondre à nos besoins… Le long-terme dans le café Nous n’allons pas tous les ans, avec notre cuillère, à la recherche de ces cafés 88+ & 90 cachés sur la table. Nous ne sommes pas des acheteurs d’un coup, nous sommes des partenaires de long-terme. Cela ne veut pas dire que nous ne partons pas aux origines avec nos cuillères; nous dégustons les cafés et vous assurons de la qualité que nous vous proposons. Nous ne sommes pas des Indiana Jones (même si nous adorons son chapeau…)… et puis bon, nos cuillères ne sont pas non plus des sabres lasers de Jedis! :-p Enfin, cela ne signifie pas que nos cafés ne sont pas excellents, bien au contraire. Nous donnons aux producteurs les meilleurs conditions pour produire des cafés remarquables chaque année, afin que ce ne soit un miracle ni pour eux, ni pour nous.


 Voici pour nous la définition de la durabilité. Et cela nous mène, nous et nos partenaires (producteurs, comme torréfacteurs), à un partenariat de long-terme. La seule manière de faire la différence, nous le pensons vraiment, est d’être et de faire les choses différemment.


Et pour vous, qu’est-ce que c’est la durabilité?

Angel, pour l’équipe Belco

Comments

comments