Nous quittions Mococa pour nous diriger vers Varginha (si Bordeaux est la ville du vin, Varginha est son équivalent dans le monde du café), où nous avions rendez-vous avec l’un de nos partenaires exportateurs.

Nous avons été très bien accueillis par Natalia, de Cafebras, qui avait prévu dès notre arrivée une visite d’une ferme de la région de Carmo de Minas, appelée Fazenda Itaoca. C’est une très jolie ferme, située en montagne, où la récolte est faite à la main. La ferme est encore gérée par ses propriétaires qui ont la même passion qu’au tout début.

Après un tour de la ferme et un très bon petit déjeuner (toujours de pao de queijo…!) … nous avions pensé faire quelques longueurs dans la piscine mais quelqu’un était arrivé avant nous… !

Pao Queijo 2

Nous sommes donc retournés à Varginha, où Nathalia nous avait préparé de nombreuses dégustations. Mais avant cela, nous avons d’abord fait un tour de l’usine de préparation du café. Nous avons été franchement impressionnés par la technologie brésilienne et par le triage du café : ils ont 21 machines de triage, permettant de vous offrir la qualité de café que vous recevez chaque année.

Puisqu’au Brésil, ils récoltent majoritairement à la machine, ils ont besoin de réaliser un triage très qualitatif afin d’assurer la qualité à la tasse (aspect, qualité organoleptique, etc.). Juste pour que vous vous fassiez une idée, moins de 15% du café reçu sera classé SSFC, et parmi ces 15%, seulement un faible pourcentage (environ 25%) sera classé 17/18… Imaginez donc tous les parcours et les obstacles que ces petits grains de « Linda » doivent traverser pour arriver jusqu’à vous !

Après cette visite de Willy Wonka, nous sommes retournés à la table de dégustation, où Natalia nous avait préparé quelques-unes de ces pépites d’or de la nouvelle récolte.

C’est dans cette salle de dégustation que nous avons décidé de vous préparer une bonne surprise. Avec Natalia, nous avons pensé «colorer» un peu notre café SSFC naturel «Linda» en ayant sa version pulped natural & fully washed. Et devinez quoi, le résultat était tout à fait satisfaisant ! À partir de décembre / janvier, nous vous proposerons donc ces cafés à la vente.

En plus de cela, dans quelques mois, l’ensemble de nos cafés « Linda », dans leur version nature (celle que vous connaissez), ainsi que dans leur version pulped natural et fully washed, auront la certification « Dénomination d’Origine du Cerrado Mineiro ».

Le label « D.O Cerrado Mineiro » est un projet de certification, particulièrement ambitieux, lié à l’origine du café. Comme de nombreuses certifications liées à l’origine, elles attestent que le café est bien originaire de la région du Cerrado Mineiro, c’est-à-dire produit et transformé dans cette région. Les initiateurs de ce projet sont cependant allés bien plus loin que cela, en assurant une qualité à la tasse et surtout une traçabilité complète des lots de café.

Chaque sac possède son système de codification : d’abord avec un marquage spécifique sur le sac, puis avec un QR code qui, une fois scanné, vous permet de découvrir le caféiculteur qui a produit ce café et d’obtenir des informations sur la ferme. Ne vous cassez pas trop la tête à imaginer à quoi ressemblent ces sacs : vous le verrez très bientôt sur vos sacs !

Après Varginha, nous nous sommes dirigés vers Patrocinio, la zone principale de production du café du Cerrado Mineiro. Nous avons eu la chance de rencontrer Caio Furtado, un jeune entrepreneur brésilien qui était à l’école avec Angel… et qui se trouvait être l’une des têtes pensantes de ce système de traçabilité très innovant.

Comme nous l’avons toujours dit, tout change une fois que vous mettez une tête derrière votre sac de café …

Nous vous laissons avec cette interview de Caio dans la Fazenda Santa Rita, ferme de son oncle, à Chapada do Ferro (micro terroir connu pour ses cafés de spécialité). Découvrez les explications de Caio sur la Dénomination d’Origine et sur le système de traçabilité associé.

Et pour terminer, nous vous laissons également regarder cette vidéo de l’oncle de Caio, qui parle du problème de sécheresse au Brésil car nous savons que tout le monde a été très inquiet à ce sujet. Son oncle nous a rappelé une chose encore plus importante que la perte de récolte : «tout le monde vient nous demander comment les Fazendas font sans eau, mais ils oublient de nous demander comment nous traitons ce problème pour les personnes qui  vivent dans les fazendas et n’ont plus d’eau pour boire ».

Comme avez pu le lire, beaucoup de nouveaux et beaux cafés du Brésil arriveront cette année au Havre. La qualité était précédemment négligée au Brésil. Aujourd’hui, la filière se rattrape, change son image et prépare de très bons cafés, qui seront capables, nous en sommes sûrs, de surprendre les cuillères les plus exigeantes !

Si jamais vous vous posiez la question : nous sommes arrivés très rapidement à toutes les destinations que nous devions visiter. Nous en rions aujourd’hui, mais nos voyages en voiture dans cette région ont souvent fait endurer à nos cœurs les 160 km/h  !!!

En France et en Europe, il y a des milliers de fromages … mais comment est-il possible que personne ne connaisse le Pao de Queijo ?

Pao de Queijo 3

A très bientôt,

Angel, pour l’équipe Belco

Comments

comments