La récolte 2018/2019 arrive à son terme un peu partout en Ethiopie.

Cette année, elle semble bonne en termes de quantité et de qualité. La météo, a été favorable et nous n’avons pas eu de vague de froid comme les régions Sidama et Gedeo avaient pu connaitre l’an passé. Ainsi, la cueillette se termine et dans les zones d’altitude, au-delà de 2 000 m c’est l’heure du dernier passage. Le terme arrive donc trois à quatre semaines plus tôt que l’an passé.

La préparation et le décorticage des cafés nature a commencé et les premières parches sont arrivées à Addis Ababa pour l’usinage d’export. Les premiers lots de Nyala et de Gedeo sont partis à l’usinage et nous sommes en train d’évaluer les premiers échantillons de pré-embarquement. Concernant les grades 1, souvent issus d’altitudes plus élevées et faisant l’objet d’une préparation plus méticuleuse, les premiers lots vont arriver fin janvier, courant février.

 

ET LA QUALITÉ ?

Notre laboratoire d’Abbis Ababa teste la qualité de la récolte chez nos fournisseurs depuis un mois et les nouvelles sont plutôt bonnes. Les Dambi Uddo de Shakisso ont toujours autant de complexité et de sucrosité. Les honey de Jimma, chez Mustafa Mohamed Ali et Khalid Shifa, présentent une étonnante complexité, peut-être issue des variétés originaires de la forêt de Coche, à proximité d’Agaro. Les Limmu Kossa de chez Yidinekachew Dabessa Chalcissa offrent toujours une belle matière, des arômes étonnants et une belle acidité.

 

POLITIQUE & CAFÉ

A Guji, une bonne nouvelle est arrivée du côté politique. Les rebelles de l’OLF (Oromo Liberation Front) ont fait la paix avec le gouvernement, avec la médiation, entre autres, de Wadessa Yachisi, propriétaire de la plantation Guji Highlands à Dambi Uddo et Shakisso. Ce genre de problèmes politiques, en plus d’être une grande souffrance pour les populations, comporte un risque pour la récolte. Les journaliers peuvent avoir tendance à rester chez eux en raison des troubles, des routes peuvent être coupées, des lots détruits ou volés etc. Anfillloo reste toujours difficile d’accès et nous espérons que la situation va s’améliorer dans les jours à venir.

 

Jacques, responsable de l’agence Belco Ethiopie

Comments

comments